Apres votre premier semestre eclatant, des banques francaises tournent ma page d’une hurle